Les banques centrales achètent de l'or à tire-larigot

Les banques centrales ont acheté de grandes quantité d'or au premier trimestre de cette année. 145 tonnes exactement. C'est 68% de plus que l'année passée.

En plus de cela, la demande indienne d'or pour la fabrication de bijoux a atteint son plus haut en quatre ans au premier trimestre, avec 125 tonnes.

Tout cela laisse présager de bonnes choses pour le cours du métal jaune...

Nathanaël - Cochez l'étoile face à chaque sujet pour être prévenu des réponses par email.

Réponses

  • Une correction de l'or ?
    Tout semble revenir au beau fixe pour les acheteurs : Brexit 'raisonnable', tensions commerciales en vue d'amélioration, etc. Certains en viennent même à parler d'un prochain rallye, au détriment de l'or, valeur refuge qui serait devenue infondée.
    Divers chroniqueurs douteux accumulent pourtant les avertissements pro-crash. Ce faisant, ils polluent véritablement l'information avec, pour principal argument, la nécessité d'investir dans l'or. Détail cocasse : ces Nostradamus sont bien incapables de fixer un momentum de ce crash imminent, ce qui est tout de même le pivot de leurs théories fumeuses.
    Qu'en penser ? Certes, la conjoncture informationnelle pourrait déboucher sur une correction de l'or, mais selon moi, elle ne serait que temporaire. En effet, certains fondamentaux politico-économiques semblent s'améliorer, mais ces effets d'annonce ne peuvent masquer l'artifice de la fausse monnaie des banques centrales, l'inflation atone, des craintes de récession en Europe surtout, les appétits populistes et j'en passe. On ne pourra indéfiniment poursuivre la politique des taux bas (lesquels ont pour première conséquence le vol des épargnants) et qui ne produisent pas les effets concrets escomptés.

  • Une correction de l'or autour des 1400$, voire des 1350$ est toujours possible. Cependant on se rend compte que l'ex-résistance à 1450-1500 est devenue un support très solide. On l'a testé à mainte reprises ces dernières semaines sans jamais le refranchir durablement à la baisse.

    On constate que les nouvelles macroéconomiques sont de plus en plus mauvaises. Les actions US sont très surévaluées. Leurs cours n'est plus soutenu par les données fondamentales mais uniquement par les rachats massifs d'actions propres.

    En outre, quand de bonnes nouvelles sont malgré tout annoncées, les actions n'atteignent plus de nouveaux sommets. La nervosité règne chez les opérateurs. Le cycle économique touche à sa fin.

    Je crois qu'on se dirige vers une récession US au premier ou deuxième trimestre 2020 et que l'or devrait battre son précédent record, de 1900$, au cours des prochains mois.

    Nathanaël - Cochez l'étoile face à chaque sujet pour être prévenu des réponses par email.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.